Le calcium

Dans l’alimentation

Le calcium est de loin le métal le plus abondant dans le corps. Il est majoritairement entreposé dans les os, dont il fait partie intégrante. Il contribue à la formation de ces derniers, ainsi qu’à celle des dents, et au maintien de leur santé. Le calcium joue aussi un rôle essentiel dans la coagulation sanguine, le maintien de la pression sanguine et la contraction des muscles, dont le cœur.

Importance physiologique :                                                                           Le calcium est un composant important d’un régime sain. Contrairement à ce que l’on croit, ce ne sont pas les produits laitiers qui représentent la meilleure source de calcium, car la proportion calcium/phosphore n’y est pas bonne. Le lait contient en effet trop de phosphore, ce qui peut entraîner une calcification insuffisante. Le corps a besoin de magnésium, de silicium, de vitamines A, C et D, de protéines et de phosphore pour bien l’assimiler.

Le calcium intervient dans la formation des os et des dents ; son déficit va donc les affecter (ostéoporose, problèmes de croissance). Son excès provoque l’apparition de calculs rénaux. De plus, il intervient dans les échanges cellulaires et est, de ce fait, vital. Son taux sanguin (calcémie) est extrêmement régulé, pour éviter des variations fatales à l’organisme. Les hormones impliquées dans cette régulation sont la parathormone et la calcitonine, bien que le rôle « hormonal » de la calcitonine soit discuté étant donné que son augmentation n’entraîne pas de modification sur le métabolisme phospho calcique. Il serait plus juste de considérer la parathormone et le calcitriol (dérivé de la vitamine D) comme les deux principales hormones du métabolisme phospho calcique.

Le risque de cancer du côlon semble diminué par un régime riche en calcium. La majorité des études épidémiologiques indiquent que les gens dont l’alimentation contient le plus de calcium ont moins fréquemment un cancer colorectal.

Présence dans les aliments :

Le calcium est présent dans plusieurs aliments de consommation courante.

Les produits laitiers constituent la principale source de calcium alimentaire (plus des deux tiers des aliments consommés) des pays occidentaux. Le calcium y est présent sous une forme permettant une bonne absorption intestinale (de l’ordre de 30 %) et n’augmentant pas l’excrétion urinaire, permettant finalement une bonne biodisponibilité. Les produits très riches en calcium et en phosphore produits laitiers entrainent une hypercalcémie et hyperphosphatémie temporaires, avec une inhibition de la synthèse de vitamine D.

D’autres aliments contiennent du calcium : eau du robinet, amandes, pistaches, dattes, persil, figues, cresson, cacao, pissenlit, oranges, haricots secs, jaune d’œuf, graines de sésame, Tahini, brocoli, choux, épinard (les légumes à feuilles vertes en général), certains poissons…

Le calcium minéral, comme celui de l’eau n’est pas assimilable par l’organisme.

Selon certains, le calcium d’origine végétale est parfois moins absorbable car il peut être en partie insolubilisé de façon irréversible sous forme de phytates (soja) ou d’oxalates (épinard, cacao) dans les quelques aliments qui en contiennent. Ainsi l’absorbabilité du calcium de l’épinard ne dépasserait pas 5 %.[réf. nécessaire]

Selon d’autres sources,  le calcium du lait n’est absorbé qu’à 30%.

Enfin, la fixation du calcium absorbé dans le tissu osseux (prévenant l’ostéoporose) dépend de nombreux autres facteurs, en particulier hormonaux (voir ci-dessus).

Les apports journaliers recommandés sont de 900 mg par jour chez l’adulte[13] qui consomme une alimentation occidentale.

Laisser une réponse